21/11/2009

RÉFLEXIONS CRITIQUES

Penelope Cruz dans le film de Pedro Almodovar: Etreintes brisées

Etreintes brisées, de Pedro Almodovar

«C'est une déclaration personnelle, ma déclaration d'amour au cinéma», voilà en exergue la volonté affichée de Pedro Almodóvar pour ces Étreintes brisées, un grand mélo sur fond de polar, hommage presque évident au cinéma de Douglas Sirk, Roberto Rossellini et Alfred Hitchcock. Une histoire d'amour tragique entre un réalisateur (Lluís Homar) et une actrice débutante, Lena (Penélope Cruz), maîtresse d'un riche homme d'affaires.

Possession, amours contrariées, love story désespérée, personnages bigarrés : l'essence même du cinéma d'Almodóvar est là, même si la grande beauté formelle a pris le pas, cette fois, sur la foison visuelle et les histoires délirantes. «Il y a dans ce film plusieurs histoires d'amour croisées, mais aussi une histoire d'amour sous-jacente, mon histoire d'amour avec le cinéma», expliquait encore Almodóvar lorsqu'il présentait son film, en mars, en Espagne.

Le personnage principal en est un metteur en scène, Mateo Blanco (Lluis Homar). Quand on le rencontre, il a changé de nom et de métier. Devenu aveugle, Mateo Blanco s'est fait scénariste sous le pseudonyme d'Harry Caine.

Construit en allers-retours entre le présent et un passé vieux de vingt ans, Etreintes brisées révèle peu à peu les circonstances dans lesquelles le cinéaste est devenu aveugle. Dans les années 1980, il a accepté le financement d'un riche homme d'affaires qui a imposé sa maîtresse dans le rôle principal. Cette femme s'appelle Lena (Penélope Cruz), elle est d'une grande beauté et, au fil du tournage, se révèle une bonne actrice. Le metteur en scène en tombe amoureux, au risque de mettre en danger son film.

Mais, comme le dit l'un des personnages d'Etreintes brisées, "la pelicula manda", c'est le film qui commande, et le péché de Mateo n'est pas tant d'avoir séduit la femme d'un autre que d'avoir préféré la vie à son film. Le destin l'en punit de manière exemplaire, puisqu'il perd un sens indispensable à son art. Il ne peut plus faire de cinéma que d'une manière forcément incomplète, en écrivant des films qu'il ne verra jamais.


voir le website du film

08:52 Écrit par Cinemagora dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo, cinema, espagne, pedro almodovar |  Facebook |

02/11/2009

CINEMA TOUS ECR@N

ecransuisse

15ème édition, annulez tous vos rendez-vous !

Le Festival CINEMA TOUS ECRANS créé en 1995 fête ses 15 ans. Quinze ans d’un engagement sans faille pour faire exploser le mur de verre et les frontières qui séparent les écrans et brident la création audiovisuelle.

Après avoir démontré, images à l’appui, qu’un long métrage de télévision ou une série pouvaient être dotés de qualités artistiques au même titre qu’un film de cinéma, CTE a persisté en s’intéressant aux écrans multimédias, inaugurant avec succès une section consacrée aux nouveaux écrans. Cette année, le Festival continue à innover avec Cinéma Tout DOOH en proposant des créations visuelles dédiées aux écrans urbains, ainsi qu’un colloque sur la relation entre jeux vidéo et fiction. Un nouveau programme semble encore s’imposer pour cette édition en questionnant la frontière qui sépare le théâtre du petit ou du grand écran. Ces nouveautés vont compléter une programmation de films passionnants, réalisés tant pour la télévision que pour le cinéma ou le multimédia.

LE FILM a toujours été au centre de notre démarche. Durant toutes ces années, priorité a été donnée à la qualité artistique du film, au talent du réalisateur, au sens qu’il donne à son œuvre et au regard qu’il pose sur la société, quel que soit l’écran. Nous sommes persuadés que le talent du cinéaste est une nécessité pour que le film soit un témoignage incontournable pour dénoncer les affres de notre civilisation. Etant donné le mépris affiché par les cinéastes vis-à-vis de la télévision, les convaincre n’allait pas de soi. 15 ans plus tard, plus personne n’ose le contester, tous les grands festivals – Cannes, Venise, Toronto y compris – programment désormais des films de télévision. De même pour les séries télévisées qui étaient considérées comme la lie de l’audiovisuel; elles constituent aujourd’hui l’avant-garde de la créativité. Nous sommes fiers d’avoir cru en ce changement et de l’avoir fait découvrir au public au fil des éditions.

Au bout de 15 ans, CTE peut afficher un bilan positif dû à l’exigence artistique qui a présidé sa démarche jusqu’ici. Cette approche a contribué à la notoriété internationale du Festival genevois qui est devenu un lieu exceptionnel d’échange, de brassage, l’occasion privilégiée pour les réalisateurs et le public suisse de côtoyer des cinéastes du monde entier. Je passe le flambeau de CTE, ravi de son accomplissement artistique et de sa portée internationale.


website du festival

18:21 Écrit par Cinemagora dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema, geneve, festival ecran 2009 |  Facebook |

15/05/2009

EXIL

Suite au festival des 21èmes Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse voici la première opportunité de se retrouver autour de ce qui nous a rassemblé: le cinéma, le partage et la convivialité avec une nouvelle soirée Ciné-Boom en trois parties.

Vendredi 15 Mai à partir de 20h


Ciné-Boom # 4
Ciné, rencontres et boule à facettes


Ciné

Nous avons la chance de pouvoir projeter le film documentaire de María Isabel Ospina sélectionné pour la Compétition Documentaire aux 21èmes Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse en présence de la réalisatrice.

IL Y AURA TOUT LE MONDE de María Isabel Ospina
[Colombie, France - 52min - Espagnol & Français - Sous-titrage Français - 2008]

Le film sera précédé d'une petite compilation des reportages de l'équipe Ahorita qui a suivi les 21èmes Rencontres pour nous offrir des images des moments forts du festival.


Rencontres

Discussions informelles autour du film avec la réalisatrice à l'issue de la projection .


Et boule à facettes

Mix par Alinou et Dom: tout ce qu'on peut vous dire c'est que ça va groover !!!


Infos pratiques :
Ouverte des portes à 20h / projection à 20h30
PARTICIPATION LIBRE ET NÉCESSAIRE
Samba Résille : 38, rue Roquelaine - 31000 Toulouse
+ d'infos
ARCALT (Association des Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse)
http://www.cinelatino.com.fr
Samba Résille http://www.samba-resille.org/

Il_y_aura_tout_le_monde


Synopsis :
À travers le destin d'une famille, celle de la réalisatrice, le film traite de l'éclatement de la classe moyenne et de la société colombienne; l'hyper-libéralisme qui ne cesse de s'amplifier depuis une dizaine d'années, condamnant à l'exil ou à la précarité une partie de la population autrefois privilégiée.
Que se passe-t-il quand une famille s'éparpille en quelques années sans jamais y avoir été préparée ? Souvent ruinés et isolés, ceux qui restent doivent se battre pour continuer à vivre dans un pays où la famille est le socle de la société. Ceux qui sont partis essaient, chacun à sa manière, de se construire une vie ailleurs...

17/02/2009

LA BÉNÉDICTION DIVINE

VENDREDI 20 FÉVRIER À 20H00

Ciné-Boom # 3
Ciné, rencontres et boule à facettes

Ciné
Projection de Toilettes du pape d'Enrique Fernández et César Charlone
[Uruguay, Brésil, France - 1h35 - 2008]

Nous sommes en 1988, et Melo, petite ville uruguayenne à la frontière brésilienne, attend fébrilement la visite du pape Jean-Paul II. On commence à annoncer des centaines de visiteurs, des milliers, disent les médias. Les habitants savent ce que signifient 50.000 pèlerins en quête de nourriture, boissons, drapeaux, souvenirs, médailles commémoratives ... Remplis d'espoir, les villageois espèrent partager la bénédiction divine et recueillir le fruit de leurs ventes. Beto, notre héros, pense avoir trouvé la meilleure source de revenus : "Les Toilettes du Pape", où les milliers de pèlerins pourront venir se soulager.

Rencontres
Discussions informelles autour du film à l'issue de la projection

Et boule à facettes

SURPRISE!!!



Infos pratiques :
Ouverte des portes à 20h / projection à 20h30
PARTICIPATION LIBRE ET NÉCESSAIRE
Samba Résille : 38, rue Roquelaine
+ d'infos
ARCALT (Association des Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse)
http://www.cinelatino.com.fr
Samba Résille http://www.samba-resille.org/
en pièce jointe, l'affiche des CINE-BOOM avec les dates des prochaines soirées




06/02/2009

MISÈRE UNIVERSELLE


VENDREDI 6 FEVRIER À 20H30 À L'UTOPIA TOULOUSE

AVANT-PREMIÈRE DU FILM PUISQUE NOUS SOMMES NÉS
en présence des réalisateurs Jean-Pierre Duret et Andrea Santana

Puisque nous sommes de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana


Les 21e Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse se dérouleront du 20 au 29 mars 2009 à Toulouse, dans le département et la région Midi-Pyrénées.

D'ici là, retrouvez les Rencontres en partenariat avec le Cinéma Utopia Toulouse pour la projection en avant-première du film documentaire franco-brésilien
Puisque nous somme nés.

La projection sera suivie d'un débat.



Synopsis
Film documentaire Brésil/France 2008 1h30 VOSTF
Sélectionné au Festival de Venise
Bayard d'Or Prix du Public
Meilleur documentaire au Festival de Namur


Brésil. Nordeste. Une immense station-service au milieu d'une terre brûlée, traversée par une route sans fin. Cocada et Nego ont 13 et 14 ans.
Cocada a un rêve, devenir chauffeur routier. Il dort dans une cabine de camion et, la journée, il rend service et fait des petits boulots. Son père est mort assassiné alors il s'est trouvé un père de substitution, Mineiro. Un routier qui prend le temps de lui parler et de le soutenir quand la tentation de l'argent mal acquis se fait trop forte.
Nego, lui, vit dans une favela, entouré d'une innombrable fratrie. Après le travail des champs, sa mère voudrait qu'il aille à l'école pour qu'il ait une éducation mais Nego veut se sortir de là, gagner de l'argent. Le soir, il rôde à la station, fasciné par les vitrines allumées, les commerces qui vendent de tout, la nourriture abondante. Avec son copain Cocada, ils regardent le mouvement incessant des camions et des voyageurs. Tout leur parle de ce grand pays dont ils ne savent rien.
Avec cette singulière maturité qu'on acquiert trop tôt dans l'adversité, ils s'interrogent sur leur identité et leur avenir. Leur seule perspective : une route vers Sao Paulo, vers un ailleu
rs.

La critique de Jean-Luc Douin dans Le Monde :
"C'est au Brésil. Dans le Nordeste. Etat du Pernambouc. Mais qu'importe. Le sujet vise moins la peinture locale que la misère universelle. La caméra enregistre des images magnifiques, de beaux plans en couleur, pas de la fiction, hélas ! Dans une fiction, ces gens-là, les gamins qui jouent sur le bas-côté d'une autoroute au risque de se faire faucher par les poids lourds qui passent en bolides, seraient des figurants. Dans Puisque nous sommes nés, documentaire coproduit par Jamel Debbouze et réalisé par Jean-Pierre Duret (ingénieur du son chez Pialat, Doillon, Varda, les Dardenne...) avec Andrea Santana (une urbaniste brésilienne passée au documentaire), les laissés-pour-compte ont le premier rôle "... lire la suite :
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2009/02/03/puisque-nous-sommes-nes-filmer-la-misere-universelle-et-l-ame-des-pauvres_1150095_3476.html#ens_id=1052988


Pour voir la bande-annonce
http://www.pierregrise.com/distribution/film.php3?id_document=422

Pour plus d'informations
Cinéma Utopia Toulouse
24 rue Montardy
05 61 23 66 20
http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/
Les Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse
http://www.cinelatino.com.fr

Dans le cadre de la semaine pour la prévention du suicide, les associations SOS amitié Toulouse, Recherches & Rencontres, La Cimade et ATD quart monde sont invitées pour participer au débat.


 

ARCALT
34 rue de la Fonderie
31000 Toulouse
05 61 32 98 83

08:57 Écrit par Cinemagora dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bresil, cinema, toulouse |  Facebook |